Attention passage étroit...
A l'origine la rue des 4 piliers prolongeait la rue de Jacques Cœur , de la rue de l'Equerre à la rue des Armuriers. Avant de déboucher sur la rue de l'Equerre, la rue de Jacques Cœur était resserrée par 4 piliers. Ils soutenaient une habitation à un étage qui obstruait non seulement la vue mais rendait le passage difficile surtout pour les équipages. Dans ce lieu y était logé le sieur François Gilbert, greffier au bureau des finances. On y trouvait également le jeu de paume propriété des époux Lassay-Sauzay qui était précisément situé à la place de l'hôtel actuel.
L'ensemble de ses bâtiments constituaient une sorte de passage abrité ressemblant à celui que l'on peut voir rue de Lorroy (débouchant sur la rue d'Auron). C'était  étroit et malaisé d'y circuler. Comme c'était fréquent dans les constructions de l'époque, les piliers étaient fichés dans des bornes en pierre de façon à les protéger des moyeux des voitures à bras mais surtout attelées.


Les autres rues du quartier...
La rue des Armuriers doit son nom au fait que l'on y trouvait un grand nombre d'artisans du même nom comme en témoigne le document ci-joint tiré de l'Histoire de Berry de Jean Chaumeau datant du XVIème siècle. La splendeur de Bourges dont parle Jean Chaumeau date d'avant le grand incendie dit de la Madeleine datant du 22 juillet 1487 qui sonna le glas des grands heures de Bourges.

 rue des armuriers J CHAUMEAU

La rue du docteur Témoin, bienfaiteur de Bourges qui fit don de son hôtel particulier pour en faire la bibliothèque de Bourges, n'a pas évoluée dans son tracé. Jusqu'en 1599 elle s'appelait "rue trousse-vache"  du nom d'un chanoine qui y logeait au XIVème siècle. Puis  "rue du Grand Saint-Christophe", un hôtel du même nom se trouvait à l'angle de la rue Moyenne.

La "rue des Brigands", actuelle rue Émile Zola (débouchant rue des armuriers et rue Moyenne), était plus longue du fait du resserrement de la "rue des 4 piliers".

Faites place...
Au début du XVIIème siècle, les maires successifs entamèrent d'âpres discussions avec les propriétaires des lieux pour faire disparaître les 4 piliers qui étaient une entrave à la bonne circulation et brouillaient la vue sur le palais lorsque l'on venait de la rue des Armuriers.
Un accord fut signé le 4 janvier 1625 et les travaux de démolition commencèrent aussitôt. La rue s'est élargie, un puits y a pris place jusqu'à la création du réseau de distribution d'eau.

Et la fontaine...
Le 10 octobre 1889, le conseil municipal accepte le don de 5000 Frs de Pierre Alfred Lebon, conseillers à la Cour  de Bourges et auteur d'ouvrages techniques de droit. Ce don était destiné à la construction d'une fontaine. Elle fut érigée quelques années plus tard en 1895.
Aujourd'hui elle fait l'objet d'un appel au don par la
FONDATION DU PATRIMOINE
afin de la restaurer et l'entretenir.

Sources : Bourges Asnières de Milliard et Paré, Bourges pas à pas de R. Richet, site de la Fondation du Patrimoine.

place_des_4_piliers

 

FONTAINE_4_PILIERS

La devinette du lundi 9 mars 2009